Retour page d’accueil

Le château

Le château au fil des siècles  -  Conseil général de 1904









Le château et les remparts



Le château actuel a été construit à l’emplacement d’anciennes fortifications datant de l’époque romaine et il a précédé la construction de la ville. Celle-ci est sans doute apparue lorsque les habitants de la contrée environnante ont souhaité bénéficier de la protection du château.
Celui-ci, construit sur un énorme promontoire rocheux, domine la vallée de “la Graine” et de “la Vayres”, deux rivières paisibles qui serpentent entre des collines boisées.
Le château est cité au début du 11ème siècle comme berceau des vicomtes de Rochechouart. Il est ensuite reconstruit au 13ème siècle. Il reste de cette époque le donjon situé près du pont-levis. Il est ensuite complètement transformé dans la deuxième moitié du 15ème siècle au 16ème, puis au 19ème siècle.
Il a été le reflet de l’histoire des seigneurs qui l’ont occupé au fil du temps : période faste sous Louis XI, ruine suite à l’assassinat de Bermondet en 1512 par l’un des vicomtes de Rochechouart, blason redoré en 1758 grâce à un riche mariage et de nouveau ruine à la révolution...avant les restaurations de 1858-1859.


  Retour haut de page

Le château au fil des siècles




Le château au 15ème siècle



Le château à la fin du 18ème siècle


Le château à la fin du 19ème siècle


  Retour haut de page

1904 : Lorsque le conseil général de la Haute-Vienne
souhaitait l’abandon ou le démantèlement du château.


Si l’on connaît bien l’ardeur des révolutionnaires de 1789 à détruire les symboles de l’ancien régime, la volonté de certains politiciens départementaux de sacrifier le patrimoine local dans le but de réaliser des économies budgétaires est souvent ignorée. Ainsi, la deuxième session du conseil général se déroule de manière houleuse en août 1904 :
Un nouveau crédit de 770 francs était prévu au budget, pour les réparations à exécuter au château de Rochechouart.
La commission estime que la démolition de ce monument serait préférable. Néanmoins, elle ne s’oppose pas au vote du crédit demandé.
M. le docteur Marquet, maire de la ville de Rochechouart, explique que certaines réparations ont déjà été faites, et que la somme que votera l’assemblée départementale ne sera employée qu’à bon escient.
M. Labussière propose de faire une démarche auprès du ministère de l’instruction publique pour que l’état s’occupe lui-même de l’entretien du château. M. Marquet approuve vivement son collègue.
M. Tourgnol, député de Saint-Léonard est d’avis qu’il vaudrait mieux laisser tomber le château.
“Votre église était bien en plus mauvais état”, riposte M. Marquet, “vous l’avez bien réparée, et je vous ai même bien épaulé !!!”
“Oh! ce n’est pas la même chose”, explique M. Tourgnol, “c’est l’état qui s’est chargé des réparations...Nous l’aurions, en ce qui nous concerne, laissée parfaitement s’effondrer...”.

Sources : “Journal de Rochechouart” -1904-



  Retour haut de page