Retour page d’accueil

La place Dupuytren





Sur cette place se trouvaient autrefois les anciennes halles : halle du minage ou marché aux grains, la halle des bouchers, le four banal du prieuré et contre l’église, la halle des marchands.
Toutes ces constructions ont été démolies à la fin du 19ème siècle.
Plus près de nous, l’imprimerie Dupanier, à qui l’on doit beaucoup de documents anciens sur la ville y avait ses locaux. Cette imprimerie a aujourd’hui fermé ses portes.



La place Dupuytren au début du 20ème siècle.

La place Dupuytren au tout début des années 1960 :
De droite à gauche on distingue le magasin “Babylaine-Chabernaud”, la boulangerie “Mitou”, le magasin d’alimentation “Restoueix”, l’imprimerie “Dupanier”, le magasin de vêtements “Defoulounoux”, et le café “chez Georges”.



L’épicerie Restoueix.

Mme, M. Restoueix et leurs enfants devant leur magasin d’alimentation place Dupuytren par une froide journée de l’hiver 1949.

Le même magasin dans les années 1960 : Le sigle “COOP” supplante désormais celui de “L’Union Syndicale Ouvrière” et l’étalage des fruits et légumes n’a rien à envier à celui des supermarchés actuels.


C’est au sortir de la guerre que Mme et M. Restoueix prennent la gérance du magasin d’alimentation de “l’Union Syndicale Ouvrière”.
Cette organisation (coopérative de consommation basée sur le mutualisme en vue de l’achat en gros de biens de consommation), avait été créée en 1902 à St-Junien lors des grèves des ouvriers des mégisseries, et avait étendu son activité par l’ouverture de plusieurs magasins à St-Junien et dans les communes proches. L’ensemble de ces commerces comprenait des boucheries, des charcuteries, des quincailleries, des merceries, des boulangeries, la vente de chaussures et de combustibles.
Après la libération de 1945, “l’Union Syndicale Ouvrière”, reprenait son essor et créait une vingtaine de succursales (celle de Rochechouart occupée par Mme et M. Restoueix portait le numéro 19) en Haute-Vienne, Charente, Dordogne et Vienne.
Dans les années 1960, face aux géants de la grande distribution, “l’Union Syndicale Ouvrière” se regroupa avec la coopérative de Saintes et les sociétés des coopératives de l’union de Limoges et de Vierzon. Cette association deviendra par la suite le groupe “Coop Atlantique”.
Mme et M. Restoueix doivent faire face aux difficultés du ravitaillement des années d’après-guerre, mais petit à petit la clientèle se fait plus nombreuse. L’emplacement du magasin au centre ville est idéal. Le sérieux et le dévouement de Mme et M. Restoueix font le reste.
Les journées ne sont pourtant pas de tout repos pour ces derniers. Outre la tenue du magasin, il faut assurer les commandes, réceptionner les livraisons, réaliser l’étalage des fruits et légumes à l’extérieur à la belle saison. Il faut surtout préparer le camion pour les tournées dans la campagne...
En 1970, le magasin changera de situation et rejoindra la place de l’église, emplacement actuel du commerce d’alimentation “Coop” (2013). Place Dupuytren, le commerce d’un photographe, M. Fages, prendra la succession.
Mme et M. Restoueix cesseront définitivement leur activité en 1979.

C’était le temps où la tournée de l’épicier, comme celle du facteur, tissait du lien social dans les campagnes.
Dans les villages, les fermes isolées, au jour et à l’heure fixés, les ménagères s'apprêtaient, la liste de commissions et le porte-monnaie à la main.
Le coup de klaxon annonçant l’arrivée du camion était superflu... Il avait déjà été repéré par le “fenêtrou” de la maison d’habitation.
Les portes du magasin ambulant s’ouvraient alors, laissant échapper ses agréables effluves de café fraîchement empaqueté et d’épicerie. Tout en servant les clients, le commerçant échangeait les dernières nouvelles de la ville avec les potins de la campagne. Des échanges de services se faisaient également.
Ces tournées sont devenues malheureusement de plus en plus rares aujourd’hui, les causes étant certainement les moyens de communication facilités, la présence des supermarchés, la disparition croissante des petits commerces de proximité, et la désertification progressive des petits villages et des campagnes....



  Retour haut de page