Retour page d’accueil

Rochechouart sous l’occupation : le témoignage d’un réfugié



C’est en Août 1942 qu’Alain Zweibaum et ses parents, fuyant les persécutions nazies, passent la ligne de démarcation et rejoignent Rochechouart où ils trouvent un logement rue Mortemart.
Alain n’a que neuf ans cette année là. Il nous livre, avec ses yeux d’enfant, un témoignage poignant sur sa vie à Rochechouart pendant la guerre et notamment sur ses angoisses à l’arrivée des SS de la division “Das Reich” qui cantonnaient tout près de la maison où, lui et sa famille, avaient trouvé refuge, les 9 et 10 Juin 1944.
Voici le message qu’il m’a laissé (Octobre 2009) :
“Je vous envoie ce texte, écrit il y a dix ans, et qui pourrait vous intéresser pour ce qui est de Rochechouart pendant l’occupation.
Encore que je me rende compte qu’il comporte des inexactitudes quant à la présence de la division “Das Reich” que j’ai fait durer quatre jours au lieu de deux....Impression peut-être que ça n’en finissait pas. Le reste est exact.
À part celà, je retourne régulièrement à Rochechouart, la dernière fois il y a un mois. Rochechouart nostalgie ? Je n’y suis qu’un fantôme car je n’y connais plus personne...."


Avec l’autorisation de l’auteur :
Rue Mortemart



Alain Zweibaum : à la rencontre de son passé...




Alain Zweibaum, photographié lors de son séjour à Rochechouart en 1943.


Ce 9 juin 2015, 71 ans jour pour jour après l’arrivée des S.S. de la division “Das Reich” à Rochechouart, Alain Zweibaum était présent dans notre ville.
À cette occasion, il a eu la gentillesse de me faire partager ces moments chargés d’émotion avec tous ses souvenirs d’enfant en cette période tragique, souvenirs à jamais ancrés dans sa mémoire (voir le document “Rue Mortemart” sur cette page).
Il a évoqué au fil de notre cheminement dans les rues de la ville, ces commerces aujourd’hui disparus, le cinéma, cet hôtel de la place Pontville qui l’avait accueilli lui et sa famille au tout début de leur séjour, ce maréchal-ferrant qui occupait un atelier à proximité, sa maison, cette place du château remplie de blindés et de soldats allemands le 9 juin 1944, l’endroit exact où l’un de ces militaires lui avait demandé d’aller lui chercher du pain....
Assurèment Alain Zweibaum, même s’il demeure désormais dans notre capitale, a laissé, en même temps que les plus belles années de son enfance, une partie de son âme, dans ce petit coin de notre ville...

9 juin 2015 : Alain Zweibaum devant la porte d’entrée de la maison, refuge pour lui-même et sa famille de 1942 à 1944.





La libération de Rochechouart